2 programmes pour agir
au quotidien

La nature est dans l’ADN des chasseurs, ils se sont dotés de programmes collaboratifs pour agir au service de l’environnement, quantifier leurs actions, les faire connaître et profiter d’un échange d’expérience.

L’application Cyn’action biodiv, lancée en 2016, a fait les preuves de son utilité. Elle permet à tout un chacun de savoir ce qu’il se passe de positif au service de la biodiversité à côté de chez lui, par l’implication directe des chasseurs.

Le dispositif "Eco-contribution" créé par la loi chasse de juillet 2019 est une dotation obligatoire des chasseurs assortie à un soutien de l’Etat dans le but de financer la mise en œuvre d’actions concrètes, proposées par les Fédérations de chasseurs au service de la biodiversité. Ces projets, sélectionnés sur dossiers sont évalués en totale transparence tout au long de leur mise en œuvre.

Dénombrements des espèces sédentaires et migratrices dans le cadre des programmes de gestion faune sauvage.

La dynamique des populations animales étant fortement influencée par divers facteurs environnementaux ou humains, il est utile d’avoir un monitoring sur les espèces aussi précis que possible.
Menées depuis plus de 30 ans par les FDC, les suivis de faune sauvage par comptage sur circuits échantillons ont pour principal objectif la récolte d’information pour assurer une gestion durable du patrimoine faunique au sens de l’art. L420-1 du Code de l’environnement : « La pratique de la chasse contribue à l’équilibre entre le gibier, les milieux et les activités humaines en assurant un véritable équilibre agro-sylvo-cynégétique / Le principe de prélèvement raisonnable sur les ressources naturelles renouvelables s’impose aux activités d’usage et d’exploitation de ces ressources ».
Ces comptages organisés par les FDC, avec des bénévoles et des partenaires, sont la source essentielle d’informations pour mettre en oeuvre les politiques de gestion de certaines espèces sur le long terme. De plus, ces opérations doivent permettre de préciser la répartition d’espèces « discrètes » de la faune sauvage faisant parfois l’objet de protection nationale. Ce suivi répond à plusieurs aspects d’intérêt public : – Monitoring inter annuel de la biodiversité pour évaluation des politiques publiques en matière d’environnement,
– Suivi du fonctionnement des populations sensibles aux projets d’aménagements du territoire, – Inventaire de la biodiversité pour l’alimentation des SINP.

Métropole
Toutes nos actions pour la biodiversité