Forts du succès de leur premier spot TV d’envergure, « La chasse, le bonheur grandeur nature », qui a touché plus de 40 millions de téléspectateurs l’an passé, les chasseurs s’invitent, une nouvelle fois, sur le petit écran, du 3 au 30 avril 2022. Ce nouveau film publicitaire répond à la demande des téléspectateurs qui, suite à notre premier spot, se montraient curieux d’en savoir plus sur les chasseurs. Ce nouveau rendez-vous prend la forme d’un film de 30 secondes qui bénéficie d’un plan média puissant (réseau hertzien, TNT et câble satellite) avec plus de 1 000 passages et une diffusion sur le digital.

Ce ne sont pas des comédiens et leurs gestes captés par les caméras sont ceux qu’ils font, 365 jours par an.

Plus qu’un film, ce spot est un manifeste pour célébrer l’action positive des chasseurs pour la biodiversité, au cœur des écosystèmes. Une voix OFF raconte l’histoire vraie de femmes et d’hommes, « fiers, passionnés, dévoués, bénévoles, concernés », en symbiose avec la nature. Ce ne sont pas des comédiens et leurs gestes captés par les caméras sont ceux qu’ils font, 365 jours par an, pour « la sauvegarde de la biodiversité » même lorsqu’ils ne chassent pas.

La caméra les suit dans les paysages grandioses du Maine-et-Loire et de Haute-Garonne où le tournage a eu lieu. Rien ne dit qu’ils sont chasseurs. La voix OFF explique « qu’ils entretiennent les espaces naturels, que le travail est immense et que leur dévouement est bien réel ». La signature du spot « Nous sommes chasseurs » lève le suspens en révélant que les fédérations des chasseurs sont agréées au titre de la protection de l’environnement.

Nous faisons, une nouvelle fois, le pari de la transparence et de l’authenticité. Nous nous montrons tels que nous sommes. Nos fédérations sont agréées au titre de la protection de l’environnement, ce que nous mentionnons à la fin du film. Ce n’est pas un slogan publicitaire mais une réalité.
Willy Schraen, Président de la FNC
1 / 7

Ce nouveau spot de 30 secondes est le fil logique du premier. La caméra suit des femmes et des hommes, en symbiose avec la nature qu’ils entretiennent et préservent même quand ils ne chassent pas.

Ce film TV de 30 secondes est à voir sur 17 chaînes

Contre toute attente, car « on les montre du doigt », les chasseurs ont en réalité de belles choses à faire partager et à faire comprendre à l’opinion publique. « La nature, on la comprend, on la ressent, on la connait par cœur et pour elle on ne compte pas nos heures » souligne la voix OFF. C’est ce que vont découvrir les téléspectateurs grâce ce spot qui le prouve sans artifice : la biodiversité et les chasseurs, c’est une évidence !

Ce film TV de 30 secondes est à voir sur 17 chaînes des groupes TF1, M6, Canal + (CNews, C8, CStar) et RMC … sans oublier un plan media digital puissant.

La campagne a été lancée, hier, le 3 avril, avec en point d’orgue une diffusion après le JT du 20 h de TF1.

Pour visionner le spot TV de 30 secondes cliquer sur l’image ci-dessous.

Nous sommes chasseurs

Willy Schraen, président de la FNC : « La FNC persiste et signe. Notre première campagne TV diffusée, l’an passé, a eu un fort impact. Les Français qui ont vu ce premier spot ont déclaré vouloir en savoir plus sur notre passion. Tel est l’enjeu. Ce nouveau spot de 30 secondes est le fil logique du premier. La caméra suit des femmes et des hommes, en symbiose avec la nature qu’ils entretiennent et préservent, même quand ils ne chassent pas. Les images le prouvent. La voix OFF met en avant notre engagement au service des écosystèmes et notre fierté d’agir pour la sauvegarde de la biodiversité. Nous faisons, une nouvelle fois, le pari de la transparence et de l’authenticité. Nous nous montrons tels que nous sommes. Notre objectif est que l’image des chasseurs gagne en modernité et en sympathie. Nos fédérations sont agréées au titre de la protection de l’environnement, ce que nous mentionnons à la fin du film. Ce n’est pas un slogan publicitaire mais une réalité. Pourtant, pour la deuxième année consécutive, France Télévision refuse de diffuser notre spot. Ce qui est inadmissible. De quoi a peur le service public ? Son rôle n’est-il pas d’assurer un minimum de pluralisme sur ses antennes ? ».

Découvrez aussi