Si le quota zéro n’est pas l’interdiction définitive de la chasse à la glu, elle lui ressemble beaucoup, surtout si le ministère de la transition écologique défend mal l’ensemble du dossier des chasses traditionnelles dans les deux prochains mois, en réponse à l’avis motivé de la Commission.

Willy Schraen, le président de la FNC « rappelle que des engagements avaient pourtant été pris au début du mois par le Premier ministre pour travailler de manière constructive à une solution transitoire, sous la forme d’un demi quota, en attente de la décision de la Cour de justice européenne. »

La FNC est sidérée par l’attitude du gouvernement qui manifestement perd son sang-froid face à une campagne de dénigrement de cette pratique conduite par les ONG avec le soutien implicite de la ministre de la transition écologique Barbara Pompili. Rappelons que cette chasse n’impacte que 0.001% de la population européenne des grives et des merles qui, elle-même est estimée à 700 millions d’individus ! La réalité est que cette chasse traditionnelle ne nuit en rien à la biodiversité et qu’elle est sélective.