Il n’est pas de tout repos d’être président national des chasseurs ! Willy Schraen en a fait l’amère expérience, suite à ses déclarations sur l’augmentation du nombre de chats errants et les conséquences dramatiques sur la biodiversité lors d’une interview sur le site chassons.com. Cela lui a valu un déferlement de réactions sur les réseaux sociaux orchestré par tous ceux qui préfèrent manipuler la vérité. Pourtant, Willy Schraen a été clair en affirmant que la gestion des chats errants dans la nature n’était pas de la responsabilité particulière des chasseurs. Face à ce déferlement de haine, il a dû bénéficier d’une protection policière.

« La polémique inacceptable qui est née de la déformation de mes propos, aura à nouveau confirmé que la transfiguration de la vérité est un art très développé sur les réseaux sociaux, mais aussi qu’il devient difficile de débattre publiquement sur un sujet dans ce pays » a déclaré le président des chasseurs à l’issue de cette controverse.

Suite à une question d’un internaute, le président de la FNC avait évoqué de façon pragmatique, lors de cette interview à Chassons.com, la principale méthode utilisée à ce jour qui consiste à capturer les animaux errants avec des cages-pièges dont la caractéristique est de ne faire aucun mal à l’animal. Cela permet ensuite de relâcher ces animaux dans un autre secteur lorsqu’ils sont sauvages ou de les remettre à un refuge d’une des fondations de protection animale s’il s’agit d’un chat ou d’un chien errant. Dans la majorité des cas, les animaux sont remis à leur propriétaire ou stérilisés dans les dispensaires de ces mêmes associations.

La LPO (ligue de protection des oiseaux) sur sa fiche pédagogique concernant « la prédation du chat domestique » rappelle que le chat errant chasse en moyenne 12h par jour contre 3h pour les chats de propriétaires. De nombreuses associations et fondations de protection animale (Fondation Assistance aux animaux, Fondation 30 millions d’amis, la SPA…) insistent depuis des années, pour la stérilisation des chats errants.

A tous ceux nombreux, comme les chasseurs qui aiment leurs animaux de compagnie, de donner l’exemple. Pour préserver la biodiversité, à chacun de garder son chat alors que c’est l’espèce la plus abandonnée en France.

Fort des soutiens reçus au cœur de la polémique, Willy Schraen est décidé à œuvrer en justice pour que ces violences cessent et soient enfin reconnues et jugées comme il se doit ! « Je pense aussi aux milliers d’autres personnes qui subissent des pressions terribles venant des réseaux sociaux. Cela doit cesser » a-t-il conclu.

Découvrez aussi