La gouvernance de l’OFB, composée d’un CA de 43 membres, est ouverte à tous les acteurs concernés par l’environnement. "Agriculteurs et forestiers, chasseurs et pêcheurs, ONG… tous seront réunis autour de la même table au sein de l’OFB par le même amour de la nature, pour accompagner la biodiversité », a expliqué Emmanuel Macron, le Président de la République lors du lancement officiel de ce nouvel office.

Pierre Dubreuil
Thierry Burlot
1 / 2

Pierre Dubreuil, directeur de l'OFB

« La chasse, c'est avant tout une activité qui crée du lien social sur des territoires parfois oubliés de la République »

Thierry Burlot, président de l'OFB

« L'OFB, ce sont des rassemblements autour de projets concrets au service de l'amélioration des milieux et la préservation de la biodiversité. C'est l'ADN même de l'OFB : des projets qui rassemblent tous les acteurs de la ruralité au-délà des postures traditionnelles »
Il est indispensable que la chasse soit parfaitement intégrée aux stratégies écologiques qui y seront développées.

La FNC avait été associée au processus de fusion des deux établissements qui ont donné naissance à l’OFB. Au final, l’OFB est né avec à sa tête, Thierry Burlot qui a été élu début mars. Trois représentants des chasseurs ont intégré le conseil d’administration ; Danielle Chenavier, présidente de la fédération de l’Isère, Patrick Massenet, président de Meurthe-et-Moselle, et au poste de vice-président de l’OFB, Hubert Louis Vuitton, président du Loir-et-Cher et de la région Centre. Ce qui démontre que les chasseurs sont des acteurs incontournables de la biodiversité.

Pour la FNC, l’indépendance totale des structures de la chasse vis-à-vis du nouvel établissement est nécessaire. La réciproque est vraie. Pour autant, il est indispensable que la chasse ait bien l’écoute du conseil d’administration de l’OFB et qu’elle soit parfaitement intégrée aux stratégies écologiques qui y seront développées. Ce travail doit se faire sous forme de partenariats.

Je crois en l'avenir commun de nos maisons. Je crois surtout en la sagesse de l'État dans une approche plus humaine de l'écologie, mais aussi compatible avec une écologie qui respectera l'ensemble de l'économie rurale avec nos amis agriculteurs, comme les intérêts des usagers
de la nature.
Willy Schraen, président de la FNC

Le monde de la chasse a longtemps été un véritable lanceur d’alerte sur la dégradation de la biodiversité de nos terroirs et de nos villages.

La FNC partage le constat sur l’urgence de se mobiliser pour réduire l’artificialisation des sols, pour cultiver différemment dans le cadre d’une véritable transition agricole et pour promouvoir une éducation à la nature pour nos concitoyens qui perdent le contact avec les réalités de la nature et de la vie rurale.

Découvrez aussi