Les Assises Nationales de la Biodiversité (ANB) permettent de valoriser les retours d’expérience de ceux qui, par leurs pratiques, détiennent les clés du maintien et de la sauvegarde de la biodiversité. C’est au plus près des territoires que se trouvent les solutions. C’est pourquoi les ANB rendent compte chaque année des initiatives portées sur le terrain par les chasseurs, les agriculteurs et tous ceux qui travaillent dans la nature au quotidien.

« De la conservation du gibier à la conservation de la biodiversité », sur les territoires ruraux et naturels, les actions des chasseurs sont multiples : protection et restauration de zones humides, protection & réhabilitation de zones réservoirs de biodiversité en milieu agricole, suivi patrimonial d’espèces chassables ou protégées, acquisition et gestion d’espaces naturels, chantiers nature, participation aux programmes de compensation écologique, régulation d’espèces exotiques envahissantes, gestion de centres de soins aux oiseaux blessés, etc. Le bénévolat des chasseurs est estimé à 78 millions d’heures par an soit l’équivalent de 50 000 ETP (Équivalent Temp Plein). La base de données Cyn’Action Biodiv témoigne de ce dynamisme avec plus de 1500 fiches exemple géo référencées. Le législateur a d’ailleurs consacré cet investissement :

– Inscription des fédérations des chasseurs comme associations agrées de protection de la l’environnement et habilitées à prendre part au débat sur l’environnement (articles L 141.1 et 3 du Code de l’environnement)

– Création du principe de l’utilisation durable, selon lequel la pratique des usages est un instrument qui peut contribuer à la protection de la biodiversité (article L 110.1 du Code de l’Environnement, de puis la loi pour la reconquête de la diversité biologique et des paysages de 2016)

– Création de « l’éco-contribution chasse » = un fonds biodiversité alimenté par les chasseurs, avec le soutien financier de l’Office Français de la Biodiversité au profit d’actions concourant directement à la protection et à la reconquête de la biodiversité, (articles L.421-5 et 14 du Code de l’environnement depuis la loi du 24 juillet 2019 portant création de l’OFB  et modification des missions des fédérations des chasseurs)

L’activité de chasse est gérée par un réseau associatif constitué de plus de 70.000 associations, 110 fédérations départementales et régionales des chasseurs, réseau coordonné par la Fédération Nationale des chasseurs. En partenariat avec les agriculteurs et les sociétés de chasse privées ou communales, les chasseurs mènent des projets de gestion conservatoire visant à maintenir des infrastructures écologiques et ilots de biodiversité au sein des agro-écosystèmes. A ce titre, ils animeront 2 ateliers pendant ces journées consacrées à la biodiversité :

  • Comment les chasseurs en coordination avec les agriculteurs maintiennent des éléments de biodiversité ?
  • Ces zones humides conservés par les chasseurs ayant une empreinte écologique positive sur la biodiversité
Découvrez aussi