Issue du concept d’« adaptative management » mis en œuvre depuis une vingtaine d’années aux États-Unis et au Canada, la FNC a demandé à le mettre en œuvre en France car c’est un véritable « feu orange » là où il n’y avait qu’un feu vert ou rouge.

En effet, cette solution souple et flexible, constitue, pour certaines espèces, une alternative pour leur conservation en fixant des quotas qui évoluent régulièrement en fonction du nombre de spécimens. Ces quotas collectifs sont fixés par le Ministre en charge de la chasse.

Des critères autres que la chasse peuvent entrer en ligne de compte

Ce concept s’applique aussi bien aux espèces chassables comme non chassables, aux espèces en surnombre qui peuvent causer des dégâts qu’aux espèces en moins bon état de conservation. Des critères autres que la chasse, socio-économiques, culturels, de conservation des habitats par exemple peuvent entrer en ligne de compte.

1 / 3

La Barge à queue noire

La Tourterelle des bois

Le Courlis cendré

Au plan national

Cette nouvelle mesure de gestion s’inscrit dans la réforme de la chasse qui l’a définitivement consacrée en France, dans la loi du 24 juillet 2019, portant création de l’Office français de la biodiversité (cliquer ici).

Les quotas de prélèvements sont fixés par le Ministre chargé de la chasse qui s’appuie sur les scénarii d’un « Comité d’experts sur la gestion adaptative » (CEGA) établis à partir des questions posées par un « Comité des parties prenantes » (CPP).

A ce jour, 4 espèces sont concernées : la barge à queue noire, le Courlis cendré, la Tourterelle des bois et le grand tétras.

Au plan international

L’AEWA (Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie) est un traité international de coopération en matière de conservation et de recherche sur les oiseaux d’eau migrateurs.

A travers des Plans d’Actions Internationaux, l’AEWA met en place la gestion adaptative de certaines espèces, pour leur conservation. En effet, s’agissant d’espèces migratrices, il faut raisonner sur l’ensemble de la voie migratoire. Prendre des décisions dans un pays ne servirait à rien.

Un outil dédié : l'application Chass'Adapt

Afin de concrétiser la mise en œuvre de la gestion adaptative, la Fédération Nationale des Chasseurs a développé l’application Smartphone «  ChassAdpat », unique en Europe. Elle permet au chasseur de déclarer ses prélèvements en temps réel et ainsi, de respecter également en temps réel, les quotas (voir rubrique « ChassAdapt).

Lors de la déclaration d’un prélèvement, l’application génère un QR code unique et infalsifiable qui permet de contrôler le chasseur avec l’application miroir, « ChassControl » détenus par les agents de l’OFB.
En parallèle, les renseignements de prélèvements, comme la date et l’heure, le lieu, rentrent dans une base de données permettant d’améliorer la connaissance des espèces et de leurs migrations.

Découvrez le tutoriel de Chass'Adapt

Info ou intox

La chasse n’est pas encadrée


Découvrez aussi