2 programmes pour agir
au quotidien

La nature est dans l’ADN des chasseurs, ils se sont dotés de programmes collaboratifs pour agir au service de l’environnement, quantifier leurs actions, les faire connaître et profiter d’un échange d’expérience.

L’application Cyn’action biodiv, lancée en 2016, a fait les preuves de son utilité. Elle permet à tout un chacun de savoir ce qu’il se passe de positif au service de la biodiversité à côté de chez lui, par l’implication directe des chasseurs.

Le dispositif "Eco-contribution" créé par la loi chasse de juillet 2019 est une dotation obligatoire des chasseurs assortie à un soutien de l’État dans le but de financer la mise en œuvre d’actions concrètes, proposées par les Fédérations de chasseurs au service de la biodiversité. Ces projets, sélectionnés sur dossiers sont évalués en totale transparence tout au long de leur mise en œuvre.

EQUICYNÉSYL 28

La recherche de l’équilibre sylvo cynégétique est un objectif majeur pour permettre un renouvellement de la forêt tout en maintenant des populations d’ongulés sauvages à des niveaux satisfaisants. Dans ce contexte l’INRAe a mené le projet Reforest sur le massif forestier de Senonches (28). Ce projet a pour ambition de proposer des outils innovants pour maintenir ou restaurer l’équilibre forêt-gibier des zones sensibles aux dégâts sylvicoles et des procédures de gestion concertée pour informer et mobiliser les acteurs.

Les chasseurs et les forestiers participent activement à la mise en place de ce projet, à la recherche et mise en place d’outils d’aide à la décision pour prévenir les dégâts forestiers. Ils œuvrent ainsi pour le maintien d’un équilibre alliant faune et flore dans le respect des intérêts de chacun et des politiques environnementales en vigueur dans la région ainsi qu’au maintien des éléments boisés indispensables à la trame verte régionale.

Ces outils prennent en compte à la fois les indices de changement écologique (ICE) (indices d’abondance et de performance relevés par les chasseurs déjà mis en place sur les départements par les fédérations des chasseurs) ainsi que la cartographie des zones forestières les plus sensibles (régénération naturelles ou plantation).

Des outils de diagnostics permettant d’évaluer la pression des grands animaux sur des parcelles en régénération ont également été proposés pour quantifier et qualifier cette pression et évaluer l’impact réel de la pression des ongulés sauvages sur l’avenir des parcelles forestières et la flore en présence.

Afin d’appliquer sur le terrain les différents outils proposés, la fédération des chasseurs du 28, le Centre Régional de la Propriété Forestière et le syndicat de la propriété privée forestière d’Eure-et-Loir se sont entendus pour mettre en place un comité départemental de suivi des parcelles forestières sensibles ou déclarées comme telles par leur propriétaire. L’objectif de cette démarche novatrice est d’expérimenter la mise en place d’un dialogue local basé sur des outils factuels permettant d’évaluer la pression des grands animaux et œuvrer à la mise place d’actions concertées pour apaiser le cas échéant des tensions locales et œuvrer pour la recherche d’un équilibre faune/flore à une échelle cohérente pour les habitats naturels de notre région.

Métropole
Toutes nos actions pour la biodiversité