2 programmes pour agir
au quotidien

La nature est dans l’ADN des chasseurs, ils se sont dotés de programmes collaboratifs pour agir au service de l’environnement, quantifier leurs actions, les faire connaître et profiter d’un échange d’expérience.

L’application Cyn’action biodiv, lancée en 2016, a fait les preuves de son utilité. Elle permet à tout un chacun de savoir ce qu’il se passe de positif au service de la biodiversité à côté de chez lui, par l’implication directe des chasseurs.

Le dispositif "Eco-contribution" créé par la loi chasse de juillet 2019 est une dotation obligatoire des chasseurs assortie à un soutien de l’État dans le but de financer la mise en œuvre d’actions concrètes, proposées par les Fédérations de chasseurs au service de la biodiversité. Ces projets, sélectionnés sur dossiers sont évalués en totale transparence tout au long de leur mise en œuvre.

Mise à jour des inventaires naturalistes réalisés sur 3 étangs en Moselle en vue de la mise à jour du plan de gestion

Le projet est prévu autour de deux axes. Le premier (durée de 15 à 18 mois) a pour objet, sur la base des inventaires menés en 2016 – 2017 et d’une version initiale du plan de gestion pour les étangs, de compléter les inventaires pour ceux qui sont insuffisants (oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons) et de mettre à jour les inventaires pour les autres taxons (insectes, mammifères dont chiroptères).  La première version du plan de gestion doit donc être complétée tant pour répondre au besoin de données complémentaires sur les groupes peu ou pas étudiés que pour être en cohérence avec les prescriptions nationale en matière de détermination d’un plan de gestion telles que décrites dans le Guide d’élaboration des plans de gestion des espaces naturels. (Collectif, Coll. Cahiers techniques n°88, AFB, 2017). Le deuxième axe (12 mois environ) consiste en la réalisation des premières actions de gestion concrètes autour de la sécurisation des milieux eux-mêmes par la rénovation des digues et systèmes de vidange et la création d’un observatoire pour la faune. Ce deuxième axe peut débuter avant la clôture complète de l’axe 1 car ces éléments sont issus de la première version du plan de gestion et ne seront pas remis en cause par les inventaires complémentaires. Il sera toutefois nécessaire de disposer des premiers résultats des inventaires (axe1) pour confirmer la localisation de l’observatoire au regard des enjeux relatifs aux oiseaux qui sont insuffisamment connus à ce jour. Toutes les autres actions de gestion prévues par le plan initiale sont, elles, suspendues dans l’attente de la définition des enjeux relatifs aux oiseaux et de la mise à jour des enjeux pour les autres taxons qui doivent mieux intégrer les espaces périphériques aux étangs même s’ils ne sont pas sous la gestion de la Fédération. L’objectif global poursuivi sur ces étangs et une gestion, une conservation et une amélioration de la qualité des milieux. Les étangs serviront aussi de supports pédagogiques et de sites d’expérimentations (mise en place et observation de l’efficacité de nichoirs et de radeaux végétalisés par exemple).

Le projet est réalisé avec le soutien, financier de l’OFB dans le cadre de l’écocontribution.

Métropole
Toutes nos actions pour la biodiversité