2 programmes pour agir
au quotidien

La nature est dans l’ADN des chasseurs, ils se sont dotés de programmes collaboratifs pour agir au service de l’environnement, quantifier leurs actions, les faire connaître et profiter d’un échange d’expérience.

L’application Cyn’action biodiv, lancée en 2016, a fait les preuves de son utilité. Elle permet à tout un chacun de savoir ce qu’il se passe de positif au service de la biodiversité à côté de chez lui, par l’implication directe des chasseurs.

Le dispositif "Eco-contribution" créé par la loi chasse de juillet 2019 est une dotation obligatoire des chasseurs assortie à un soutien de l’État dans le but de financer la mise en œuvre d’actions concrètes, proposées par les Fédérations de chasseurs au service de la biodiversité. Ces projets, sélectionnés sur dossiers sont évalués en totale transparence tout au long de leur mise en œuvre.

Suivi interdépartementale de l’évolution des densités de Chamois

Suivis Chamois- Projet réalisé dans le cadre de l’écocontribution avec le soutien financier de l’Office Français de la Biodiversité

Une population de chamois est présente depuis quelques années dans la région du ballon de Servance et plus particulièrement dans la forêt de Saint-Antoine, à cheval sur les départements du Territoire de Belfort et de la Haute-Saône. Des suivis sont réalisés sur cette espèce depuis plusieurs années par une méthode de dénombrement appelée « approche-affût combiné ». Ces comptages sont habituellement réalisés de Décembre à Février, lorsque les chamois sont regroupés en harde. Des personnes sont postées à des endroits stratégiques et comptent les animaux , qui sont dérangés par des équipes de marcheurs. Les informations sont notées ensuite sur une fiche. Le but de ces suivis est d’acquérir des données sur l’évolution de cette population. Cependant, cette méthode s’est révélée inadaptée au secteur de la forêt de Saint Antoine. En effet, en milieu forestier, la visibilité peut être restreinte et ne permet pas une bonne détection des animaux.

C’est pourquoi les Fédérations Départementales des Chasseurs du Territoire de Belfort et de la Haute-Saône ont décidées de mettre en place un suivi plus adéquat et adapté au territoire. Cette nouvelle méthode consiste à réaliser des points d’observations sur des circuits préétablis, en s’appuyant sur les dessertes forestières et les quelques zones ouvertes connues des chasseurs. Les animaux sont détectés à l’œil nu ou à l’aide de jumelles Il s’agit d’un protocole validé scientifiquement par l’Office Français de la biodiversité, qui sera réalisé 4 fois par an, permettant ainsi d’obtenir des données fiables sur une longue période. Ces suivis demandent des moyens humains importants, et de nombreux bénévoles tels que les chasseurs locaux, et des partenaires tels que l’Office National des Forêts et la Réserve Naturelle Régionale des Ballons Comtois participent à la réalisation de ces comptages.

En 2021, 4 sessions de comptages ont été réalisés sur 14 circuits ( 7 en Haute-Saône et 7 dans le territoire de Belfort).Au total, 89 chamois ont été dénombrés, soit en moyenne 22.5 chamois observés par session de comptage.

En plus de cela, des données seront récoltées sur les animaux prélevés à la chasse ( poids, longueur de pattes arrière), permettant d’obtenir des indications sur l’état de santé des animaux. Le croisement de ces deux indicateurs sur plusieurs années permettra de mesurer les tendances d’évolution des populations de Chamois afin garantir une gestion durable de cette espèce et un bon équilibre sylvo- cynégétique.

Métropole
Toutes nos actions pour la biodiversité