De nos jours, nous marchons résolument vers une chasse durable, et les chasseurs sont conscients qu’il leur faut désormais expliquer et mieux informer, mais aussi partager la nature avec des usagers toujours plus nombreux ; montrer aussi que la chasse est une activité bien moins accidentogène que ne le disent ses détracteurs.

Les chasseurs, des usagers de la nature aussi légitimes que les autres

Face à une opinion publique parfois hostile à la chasse autant qu’à ceux qui la pratiquent et aux attaques répétées d’opposants qui bien souvent déconnectés des réalités de la nature savent donner à leurs critiques un large écho dans les médias, les chasseurs doivent aujourd’hui plus que jamais expliquer leur activité au grand public. Qui sait par exemple que les chasseurs, au-delà de la pratique de leur loisir, par des actions d’aménagements des milieux naturels, contribuent activement à la protection de la faune sauvage et de la biodiversité.

Nos campagnes sont de plus en plus fréquentées. Plutôt que de morceler les territoires dans l'espace et dans le temps pour la pratique d'une activité au détriment d'une autre, il convient de trouver des solutions de cohabitation durable sur ces espaces naturels, dans le respect du droit de propriété et de la réglementation en vigueur. Chacun doit consentir à un effort commun, c'est ce qu'on appelle le "bien-vivre ensemble".
André Mugnier, Président du groupe national de travail "Accès et Cohabitation des Espaces Ruraux"

Si les conflits liés à la chasse représentent une part minoritaire des conflits d’usage rencontrés dans les espaces ruraux et périurbains, les Fédérations des Chasseurs souhaitent aujourd’hui tenir compte des aspirations de la société et faciliter la cohabitation des différents loisirs et des activités socio-économiques pratiquées sur les territoires.

Cohabitation sur les espaces naturels & ruraux et conflits d’usage

Renforcer le dialogue avec les principales fédérations de sports de pleine nature.

Afin de favoriser la cohabitation sur les espaces naturels entre chasseurs et non chasseurs, la FNC renforce le dialogue et les collaborations avec les principales fédérations de sports de pleine nature. L’objectif est plutôt de promouvoir le bien-vivre ensemble. Cyclotouristes, vététistes et chasseurs parcourent les mêmes sentiers, tous aspirent à exercer leur loisir dans des conditions de sécurité, de quiétude et de bonne cohabitation. Aussi, à son échelon d’intervention la Fédération Nationale des Chasseurs mène des actions relevant de différents volets :

  • Participation au groupe de travail national Ressource Sites et Itinéraire animé par le Ministère des Sports ;
  • Diagnostic et suivi des conflits d’usage liés à la chasse et à la pratique des sports de pleine nature sur les territoires de France ;
  • Information, formation et amélioration de la connaissance des pratiques respectives de chasse et de sports de pleine nature ;
  • Actions de médiation au sein des réseaux respectifs lorsque des conflits pourraient survenir ;
  • Promotion de bonnes pratiques entre pratiquants de sports de pleine nature et chasseurs ;
  • Renforcement des formations des chasseurs à la sécurité
  • Amélioration de la signalétique chasse et d’information des non-chasseurs

Déjà 3 conventions de partenariat signées !

La FNC accompagne cette évolution par l’intermédiaire d’un groupe de travail national Accès et Cohabitation des Espaces Ruraux. Le 20 mars 2018, une première convention de partenariat avait été signée avec la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. Deux autres conventions de partenariats ont été signées le 5 mars 2020, avec la Moutain Bikers Foundation et la Fédération Française de Cyclotourisme. Ces conventions sont déclinées au niveau régional et départemental.

Deux conventions de partenariats ont été signées le 5 mars 2020 lors du Congrès de la FNC avec la Moutain Bikers Foundation et la Fédération Française de Cyclotourisme.

Scanner notre QR Code et recevez toutes les consignes de sécurité sur votre smartphone

Promeneurs, randonneurs, vététistes, cavaliers et chasseurs parcourent les mêmes sentiers et chemins, en accord avec les propriétaires fonciers et chacun selon les règles propres à son activité. Tous aspirent à exercer leur loisir dans des conditions de sécurité, de quiétude et de bonne cohabitation et ce, dans un environnement préservé. Certains peuvent le pratiquer tous les jours de l’année et les chasseurs sont eux-mêmes astreints à pratiquer uniquement le week-end et, certains jours de la semaine de septembre à mars. La chasse anticipée peut aussi se pratiquer dès le mois de juin, pour assurer une régulation du grand gibier. A partir de septembre 2019, des panneaux de signalisation « chasse en cours » ont été implantés en lisière de forêt, informant ainsi les usagers de la nature de la présence de chasseurs. Sur ces panneaux, un QR Code est visible qui vous permet de recevoir directement sur votre smartphone les consignes en matière de cohabitation avec les chasseurs « sur le chemin du bien vivre ensemble ! »

Info ou intox

La chasse et la société sont réconciliables


Découvrez aussi