Comme tout mode de chasse, il doit être évalué dans sa globalité : l’ensemble des prélèvements est à comparer aux externalités positives de l’action des chasseurs, sur la conservation des biotopes par exemple. Ainsi, l’action de la chasse peut s’avérer davantage durable que son absence. C’est le cas de la chasse à la glu qui, en plus, n’est pas tuante car elle permet de prélever des appelants qui sont conservés pour toute la saison de chasse.

Au final, cette chasse qui a été interdite ne prélève que 0.001 % des populations totales de grives sur une population de près de 700 millions d’individus !

Découvrez la chasse à la glu en vidéo !

Découvrez aussi